Ils sont (à nouveau) en train de tuer le podcast natif…

COUP DE GUEULE à propos du PODCAST NATIF…
L’Histoire se répète, toujours et encore !

Quand le podcast natif est apparu en 2005, ça été l’explosion totale et la grosse tendance jusqu’à mi-2007.

Tout le monde y allait de son petit podcast plus ou moins pro et propre (surtout les DJ’s mixes).

Puis ce support, pourtant génial, est tombé en désuétude par les auditeurs car, comme toujours, quand il y a trop d’offres de programmes sur le marché, on tombe très vite dans la « foire à la saucisse ».

Trop de podcasts (de merde ?) ont tué le podcast…
Souvenez-vous des chaines TV sur les bouquets TPS & CanalSat.
Idem ! Résultat, ces 2 bouquets sont depuis belle lurette au Père Lachaise…

Puis le podcast a disparu de l’usage des gens de 2007 à 2014 jusqu’au moment où des producteurs géniaux ont décidé de produire et lancer SERIAL (podcast de journalisme d’investigation avec 3,4 millions d’auditeurs, ça calme…) et qui a ainsi relancé le phénomène !

Il aura fallu attendre 4 ans, entre 2014 & 2018, pour que le podcast natif explose à nouveau aux USA.

En 2018, le phénomène commence à nouveau à intéresser certains producteurs français qui se lancent dans des productions originales et digne de ce nom.

La mayonnaise prend à nouveau auprès du public, mais est snobé par le média radio traditionnel qui n’en voit pas vraiment l’intérêt, à part l’utiliser comme un support de REPLAY (programme de rattrapage) de leurs émissions diffusées en direct.

Après tout, à écouter les discours des radios après chaque résultat de vagues d’audiences, elles restent les REINES des ondes, mais oublient surtout de préciser que ces 2 dernières années (2018 & 2019), elles ont perdu quasiment 2,1 millions d’auditeurs qui ont divorcé d’ELLES…

Une grande partie de cette audience étant partie sur les plateformes de streaming (Spotify & Co) et/ou sur les plateformes de podcasts natifs.

Résultat ? L’année 2019 a été l’explosion du podcast NATIF en France !

Tout le monde a voulu le sien !
Même les radios qui l’ont longtemps méprisé, persuadées de leur suprématie absolue jusqu’à la fin des temps (et même après !), se mettent à produire et sortir leurs propres séries natives, histoire de dire aux auditeurs perdus :
« Hé !! Nous aussi, on aime le podcast ! Venez l’écouter le nôtre please ! »

Personne n’est dupe…
Ça sent bon l’ultime opération de sauvetage de leurs audiences, mais après tout, c’est de bonne guerre.

Puis les marques s’y sont mises aussi, car en manque de cohésion et relation directe réellement efficace avec leur marché via les réseaux sociaux classiques.

Certaines productions storytelling de marques sont géniales, intéressantes, passionnantes et atteignent leur objectif !

Mais une grande majorité de marques qui se lancent elles-aussi dans le podcast natif (par opportunisme ?) confondent STORYTELLING & MARKETING DE MASSE anonyme !

Beaucoup n’ont pas compris que dans le podcast de marques, on ne doit pas chercher directement à SE VENDRE, mais au contraire, on doit PARLER à son marché, lui susciter de la curiosité, de l’envie et surtout… l’intéresser !

Croyez-vous vraiment que mettre un micro sur une table et enregistrer pendant 45 minutes 2 personnes qui parlent de façon improvisée va PASSIONNER vos auditeurs ?

Si vous pensez que OUI, alors vous ne connaissez ni vos auditeurs et encore moins la culture des usagers de podcasts…

Alors voilà, à force de toujours vouloir en faire de trop, ce « nouveau » marché d’audience a attiré tout un tas de « nouveaux » (auto-proclamés) studios-producteurs de podcasts (qui arrivent de nulle part !) et décident de faire du LOW-COST, histoire eux aussi de monter dans ce train qui passe très vite, et on verra plus tard pour la qualité… si on y pense !

2020 devrait être l’année de MATURITÉ de ce « nouveau » média qu’est LE PODCAST NATIF, mais voilà, une fois de plus comme en 2005, les producteurs de podcasts refont la même erreur…

Au lieu de chercher à produire de LA QUALITÉ, une grande partie de ces producteurs veulent produire très vite, à bas coût pour séduire les marques, et donc produisent plus de LA QUANTITÉ que de la QUALITÉ d’information ou de storytelling…

2019 – 2020 était notre 2eme et dernière chance depuis 2007 de pouvoir transformer ce « phénomène » PODCAST NATIF en « VRAI NOUVEAU MEDIA » devant compléter (voire remplacer à terme !) le média radio traditionnel (FM).

Mais l’Histoire se répète toujours et encore…
À force de laisser des portes trop grandes ouvertes à des opportunistes LOW COST et sans culture réelle du podcast, cette grande tendance du podcast que l’on connait depuis 18 mois risque bien de retomber comme un soufflé au fromage par, une nouvelle fois, une désertion EN MASSE de cette grande audience PODCAST durement reconquise…

À vouloir produire en MASSE du podcast à tour de bras (de plus ou moins bonne qualité), on en arrive déjà à une offre saturée où il devient très difficile de trouver les BONNES SÉRIES DE QUALITÉ qui nous intéressent.

Croyez-vous vraiment que vos auditeurs vont passer des heures à vous chercher dans toute cette faune QUANTITATIVE ?

Non !
Ils vont repartir d’où ils viennent et (ré)abandonner ce média pourtant génial et plein d’avenir, exactement comme il l’ont déjà fait en 2007, car trop de podcasts médiocres TUENT le podcast…

C’est donc notre 2eme et dernière chance d’imposer ce support comme étant un véritable MEDIA à part entière et digne de ce nom, au risque de le (re)voir disparaitre à court et moyen terme, bien avant qu’il n’est réellement pu exploser en MASSE et s’imposer comme INDISPENSABLE à l’écoute AUDIO !

À nous PRODUCTEURS de faire le ménage, de séparer le bon grain de l’ivraie… et d’éduquer nos marques-clientes sur l’intérêt de ne viser que l’excellence d’une information de qualité !
Et laisser tout le reste au MASSE-MÉDIA « old school » du vieux marketing de Papa…

Yan Harris
(Producteur de podcasts depuis… 2004)